Ma maison amie ou ennemie ?
18 février 2020

Et si on faisait enfin le grand ménage ?

En ces temps de confinement où l’on est coincé à l’intérieur, si quelque chose cloche chez nous, des objets qui s’accumulent un peu partout, des étagères qui croulent sous les bibelots, les livres, les vêtements, les jouets, les « ça peut me servir plus tard », on va vite s’en rendre compte et nos nerfs étant mis à rude épreuve, la chose en question va probablement devenir insupportable … En temps normal, le subterfuge aurait peut-être été de fuir l’inconfort, l’insatisfaction en partant faire du shopping, retrouver une copine en terrasse mais là …

Le temps de confinement nous met face à nous-même. Face à nos excès, nos manques, nos frustrations, nos peurs. « La maison est le reflet de l’âme » disait le psychiatre Alfredo Eiguer dans son livre « l’inconscient dans la maison ». Nous nous retrouvons face à notre propre chaos. En théologie, en hébreu, Chaos signifie « confusion générale des éléments avant leur séparation et leur arrangement pour former le monde. »

En thérapie du tri, j’accompagne les gens qui font appel à moi pour savoir quoi jeter, donner, trouver la bonne place pour chaque chose qui a un réel intérêt et retrouver leur liberté intérieure et prendre du plaisir à être chez eux !

Avoir (en excès) n’est souvent là que lorsque je n’ose pas prendre pleinement ma place. Les objets sont présents pour combler mes vides.

Si je me pense incomplet, inintéressant, peu aimable au sens propre du terme : ne méritant pas l’amour. Mais aussi, si je suis inquiet sur l’avenir. Vulnérable.

C’est grâce à mes deux métiers/arts/savoirs complémentaires que je vous accompagne dans cette démarche de développement personnel et de libération intérieure.

Vous pouvez lire l’article ici.

Je vous attends si le coeur vous en dit !

 

Français